Traduction Aharon

Circoncision dans les camps de la mort.

Extrait de la Haggadah Beaholéi Tsadikim

Voici ce que raconta le Rabbi de Blushev :
Lorsque j’étais dans les camps de la mort et aux travaux forcés, je vis un jour une femme accourir vers moi. Dans une grande excitation, elle me demanda " vous avez peut être un couteau ?... "
Je n’avais pas la possibilité de lever la tête et de lui répondre, car on risquait d’être tué si l’on parlait durant les heures de travail ... J’avais compris que cette pauvre femme voulait en finir avec la vie, et cherchait à se suicider. Tout en poursuivant mon travail, je lui glissais : " écoute, ma fille, la vie est un précieux cadeau du Créateur, et nous n’avons pas le droit de nous en défaire. C’est Lui qui nous l’a donnée, c’est Lui qui nous la reprendra ".
J’avais à peine fini de parler que le surveillant nazi s’aperçut de sa présence. "Eh la juive, qu’est ce qu’elle veut celle là?" aboya-t-il. Je ne pouvais que me taire, mais elle se précipita vers lui: "je lui ai demandé un couteau!" Il ricana. "Tu veux te suicider? Avec plaisir!" Il ôta son couteau de sa ceinture, et lui tendit.
La femme attrapa le couteau avec empressement. Elle courut vers un paquet de chiffon qu’elle avait posé non loin, le dénoua, et nous vîmes apparaître un nourrisson. "Maître du monde, je sais ce qui nous attend ici. Voici huit jours que Tu m’as donné ce bébé, et aujourd’hui est le jour de sa circoncision. Je veux te rendre un petit garçon juif cacher ! Baroukh ata ... al hamilah".
Elle se baissa, et circoncit l’enfant...
Lorsqu’elle revint porter le couteau au cruel surveillant, il était tellement abasourdi qu’il rengaina son couteau sans rien dire !
Extrait de Véyikaré Chémo

contacter Aharon Altabé
www.milah.fr