La première coupe de cheveux à trois ans:
‘Halakah ou Upsherin

Nous sommes le (depuis hier soir jusqu'au coucher du soleil de ce soir

Le troisième anniversaire d’un enfant est un moment charnière dans son éducation. Pendant les trois premières années de sa vie, un enfant absorbe les images et les sons de son environnement, ainsi que la tendresse et l’affection de ses parents.
Il est alors seulement un récepteur, non encore capable de donner.
Lorsqu’ils atteignent l’âge de trois ans, l’éducation des enfants fait un bond: ils sont désormais prêts à révéler leurs ressources et à en prodiguer les bienfaits.
Pour un garçon juif, cette transition est marquée par une cérémonie. Il est une antique tradition de laisser pousser les cheveux d’un garçon jusqu’à ses trois ans. Le jour de son troisième anniversaire (en date juive) , les amis sont conviés à une cérémonie de coupe de cheveux, appelée ‘Halakah chez les Juifs séfarades et Upsherin chez les Juifs ashkénazes.
Les peot (mèches des tempes que la Bible interdit de raser) de l’enfant sont laissées intactes : c’est son initiation à sa première mitsva.

À partir de ce moment, on apprend à l’enfant à porter une kipah et des tsitsit et, petit à petit, à réciter les bénédictions avant et après manger, et le Chéma.
Le monde commence désormais à bénéficier de la Torah et des mitsvot de ce petit enfant.

L’événement :
La première coupe de cheveux est traditionnellement un événement assez modeste, généralement tenu à la maison ou à la synagogue.
Rafraîchissements et petits gâteaux sont en général au menu.
De nombreux Juifs célèbrent la coupe de cheveux de leur fils auprès du tombeau d’un tsadik (un saint homme). En Israël, beaucoup le font à Mérone, auprès du tombeau de Rabbi Chimone bar Yo’haï, l’auteur du Zohar. C'est ainsi que Rabbi Its'hak Louria, le Ari fit pour son fils le jour de Lag Baomer, suivant vraisemblablement une tradition plus ancienne, et est suivi en ceci notamment par l'école kabbalistique et hassidique.

La cérémonie :
Le garçon est fièrement vêtu d’un bel habit, rehaussé de sa nouvelle kipah, ses tsitsit dépassant de manière bien visible. Tous les convives lui coupent à tour de rôle une mèche de cheveux. L’honneur de couper la première mèche est souvent réservé au rabbin ou à un cohen.
Comme toujours, une cérémonie juive est honorée par des paroles de Torah.
Elle peut se dérouler à la synagogue, au domicile, ou dans le cadre où l'enfant est scolarisé, servant ainsi d'exemple et d'encouragement à ses petits copains.
Lorsque les parents -ou grandsparents- ont eu le mérite de recevoir une lettre du Rabbi pour cette occasion, il est d'usage de la lire.

Note :
Il y a de nombreux jours dans le calendrier juif lors desquels il est interdit ou déconseillé de se couper les cheveux. Si le troisième anniversaire de l’enfant tombe en ce jour, l’upsherin est repoussé au jour possible le plus proche. Ainsi, contactez votre rabbin avant de planifier la première coupe de cheveux de votre fils.


Adapté de https://fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/1052965/jewish/La-premi%C3%A8re-coupe-de-cheveux.htm
et
https://www.chabad.org/library/article_cdo/aid/81573/jewish/Practices-Associated-With-A-Childs-Education-Connected-With-An-Upsherinish.htm

contacter Aharon Altabé
www.milah.fr ----- Mise à jour