En réponse à une question sur la position des militants contre l'excision face à la circoncision.

Mme F.
Présidente de l' Association Nationale des Médecins de Protection Maternelle et Infantile

Paris, 1997.

Je vous remercie de votre intérêt pour la question de l'excision des fillettes africaines. Exerçant dans le 20 vous avez sûrement dans votre clientèle des familles africaines et vous avez peut-être été confronté à cette question?

L'amalgame est très souvent fait entre circoncision et excision et je pense que l'article présenté dans le Quotidien du Médecin n'était pas suffisamment explicite sur les définitions des pratiques mutilatoires. En fait, circoncision et excision n'ont pas grand chose à voir. La circoncision masculine concerne le prépuce et non le pénis lui-même, L'excision concerne le clitoris et les petites lèvres où sont localisés de très nombreux exorécepteurs . Le gland est manifestement la région qui en détient le plus grand nombre : corpuscules de Pacini, de Krause et Meissner permettant une sensibilité à la pression, au froid et au contact léger comme les petites lèvres mais aussi des formations en massue décrites par Krause et des corpuscules spéciaux, les corpuscules de la volupté de Krause Finger. Ils font du gland du clitoris un véritable organe sensoriel génital, plus richement innervé que son homologue pénien. Rien de tel n'est observable dans les tissus vaginaux, Une étude histologique a été faite autrefois au Soudan sur des tissus vulvaires de femmes infibulées. Elle n'a permis de retrouver que des tissus fibreux cicatriciels, les formations sensitives étaient introuvables,.on aurait été étonné du contraire! (cf ABU BAKR Salah, Circumcision and lnfibulation in the Sudann in Traditional practices affecting the health of women and children , World Health Organization technical publications, 1982.) Voilà pour l'histologie.

En ce qui concerne la physiologie sexuelle, je ne peux que vous renvoyer aux travaux de Masters et Johnson . Human sexual response, Little Brown Co Boston, 1966. . Ceux-ci ont été traduits en français et édités chez Laffont en 1968 sous le titre "Les réactions sexuelles". Bien sûr c'est là un texte occidental mais c'est aussi un texte scientifique et le fonctionnement du corps humain ne change pas sous l'effet des cultures! Imaginerait-on que la perte d'un oeil entraîne des conséquences différentes sur la vue en fonction des cultures. L'excision atteint le système sexuel de la femme et sa sensibilité sexuelle ne sera plus jamais la même après l'intervention. Et quand bien même elle serait faite à l'hôpital dans de bonnes conditions, évitant douleur, infections, hémorragie, elle n'en serait pas moins mutilante, elle n'en éviterait pas moins les complications obstétricales. La seconde constatation est que l'intervention est faite dans des contextes culturels particuliers qui peuvent en effet donner à penser à celles qui la subissent qu'elle est nécessaire, Et alors qu'aurions-nous à dire, nous, occidentaux, d'un sujet "qui ne nous concernerait pas?" On ne sait pas assez en Europe que des comités de lutte contre les pratiques traditionnelles néfastes pour la santé des femmes et des enfants sont créés aujourd'hui dans vingt six pays africains. Ces comités, constitués exclusivement de femmes et d'hommes africains combattent l'excision et l'infibulation (infibulation = excision du clitoris, des petites lèvres et des grandes lèvres, les moignons des grandes lèvres sont ensuite recousus bord à bord pour ne laisser qu'un petit orifice pour laisser s'écouler le sang des règles et les urines) mais aussi les mariages précoces, les tabous nutritionnels et bien d'autres coutumes

Un système fédératif les réunit : "le Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants" qui s'est constitué en 1984 à Dakar ...L'Afrique est le continent où les taux de mortalité maternelle et infantile sont les plus élevés au monde et de bien nombreuses pratiques traditionnelles ont leur part de responsabilité dans ces taux! Des Africaines et des Africains responsables font appel à notre solidarité... et recommandent à tous : de ne plus jamais utiliser le terme "circoncision" pour la femme (en langue anglaise le terme "female circumcision" revient souvent), de parler de mutilations génitales et de tout mettre en oeuvre pour faire disparaître ces pratiques. L'excision n'est pas l'équivalent de la circoncision masculine mais de la section du pénis ! (j'ai évoqué l'histologie et la physiologie, on peut aussi se référer à l'embryologie...)

Pour terminer, je vous raconterai une anecdote. J'ai autrefois travaillé comme médecin en Afrique et dans l'hôpital où j'étais ont un jour été présentés des prisonniers de droit commun pour leur sectionner la main... Sans concertation aucune, tous les médecins, de nationalités diverses, ont eu la même réaction immédiate de refus... Nul n'a invoqué un contexte culturel différent ou un respect des croyances de l'autre! Alors quel sens donner aux hésitations observées quand il s'agit d'enfants, quand il s'agit de fillettes, quand il s'agit de sexe? Médicaliser les pratiques mutilatoires est le plus sûr moyen de pérenniser celles-ci. Et il est bien évident que la médecine n'est pas là pour mutiler des enfants sans défense, Laisser faire? Parce que ces enfants viennent d'ailleurs? N'y aurait-il pas une composante de racisme sous-jacente à cette attitude? Non, il n'y a vraiment qu'une seule attitude pour nous médecins : informer les familles du danger qu'elles font courir à leurs filles, Des fillettes sont décédées d'hémorragie en France après une excision! Ces fillettes vivent en France et doivent être protégées comme tous les enfants vivant sur notre sol. Il convient aussi de le rappeler aux parents. La loi qui protège les enfants en France ne fait aucun distingo entre les enfants et les protège tous quelle que soit leur origine, nationalité, religion, sexe.,.

Ceci étant, je ne comprends pas non plus pourquoi on circoncit les petits garçons... Les dommages sont moindres mais l'irrespect du corps de l'enfant est le même.,.

Je vous prie de croire, Monsieur et cher Confrère, en l'expression de mes sentiments les meilleurs.

===================

Mme F.
Présidente du Groupe femmes pour l'Abolition des Mutilations Sexuelles.
Paris, 1997.

Notre directrice, Mme G, m'a fait parvenir votre courrier du 21 mai dernier adressé au G.A,M.S. Étant actuellement présidente de l'Association Nationale des Médecins de Protection Maternelle et Infantile, je vous ai répondu à ce titre. Je ne peux ici, en qualité de présidente du G.A.M.S., que vous confirmer ma précédente réponse.
Les conséquences des mutilations sexuelles féminines sont dramatiques et bien différentes de celles de la circoncision masculine. Une récente déclaration conjointe de l'O.M.S. , de l'UNICEF et du FNUAP insiste à nouveau sur leur danger et l'urgente nécessité de faire disparaître ces pratiques au plus tôt Si celle-ci vous intéresse, vous pouvez l'obtenir au bureau de l'information de I'Organisation Mondiale de la Santé, 1211 Genève 27 SUISSE. Fax . : 791 0746 (" Aide-Mémoire n 153 sur les mutilations sexuelles féminines, O.M.S., avril 1997 )
Veuillez agréer Monsieur et cher collègue, l'expression de mes sentiments confraternels les meilleurs.

======================

Chère Mme F.

Je vous remercie de vos réponses à mon courrier à propos de l'excision. De fait, j'avais envoyé à tous les organismes référencés dans l'article du QM ... pour être certains d'avoir au moins une réponse, sinon plusieurs sons de cloche. Je n'ai d'ailleurs reçu de réponse que les vôtres.
(...)
Pratiquant par contre la circoncision, dans le cadre de mes activités au sein de la communauté juive, je souhaitais surtout par mon courrier bien saisir ce qui distingue, chez les militants contre l'excision, cette pratique de la pratique de la circoncision, tant au détour des textes de loi que de l'esprit dans lequel ce combat est mené.
Je m'explique: nombreuses associations, outre Atlantique et même en France luttent contre la circoncision néonatale avec des arguments proches de ceux que je trouve dans votre lettre: mutilations, non respect de l'intégrité corporelle, dysfonctionnement sexuels. Ces termes sont même repris par des mouvements africains anti circoncision masculine.
Il est vrai que leurs arguments puent la mauvaise foi et les préjugés: Circoncision = cause de sida, maladies vénériennes, violence familiale, conflit de générations, castration, traumatisme psychologique, revente de prépuces au prix fort ... aux labo de culture cellulaire, déficit de la sécu ... Zwang va jusqu'à' écrire "qu'il est impossible de préserver le clitoris des fillettes si l'on continue de laisser couper le prépuce de leurs frères".
C'est pour explorer le risque de tels dérapages que j'ai souhaité interroger les militants de vos associations.
Ceci dit, le meilleur argument que nous pouvons répliquer à ceux qui nous parlent de mutilation sexuelle après circoncision, car il existe sans doute des juifs qui peuvent attribuer leur mal-être ou leurs difficultés d'épanouissement sexuel à la circoncision, se trouvent dans les études sociologiques sur le comportement sexuel, notamment Master et J que vous connaissez, et un article récent du JAMA.
Aucune différence notable de comportement n'est notée entre circoncis et non circoncis. Point. Quant aux séquelles de traumatisme psychologique et autres conflits de génération, notre communauté ne semble pas en souffrir outre mesure.
Je ne me souviens pas que ces études avaient étudié des femmes excisées, (mais je retournerai lire M et J, pour voir), .et une telle étude serait certainement la meilleure réplique "scientifique" à l'excision, et affranchirait totalement la revendication de son contexte féministe ou de mentalité occidentale.
Ceci dit, et en guise de conclusion, je conviens que l'excision est une mutilation qui ne devrait pas avoir sa place ni en France ni ailleurs.
Je note votre interrogation ( ou votre affirmation ...) quant à la circoncision, mais il me semble que ce format de papier serait trop court pour aborder le sujet. Une autre fois, si votre dernière ligne est une question plus qu'un point de vue.
Veuillez agréer, Madame et Chère Confrère, mes meilleures salutations.

=================

Le regard des autres

contacter Aharon Altabé
www.milah.fr